Spécial débutant

Comment débuter efficacement en maquettisme

Avant toutes choses, et je le répète sans cesse dans mes vidéos et mes articles, le maquettisme est une école de patience et de précision. La reproduction d'un objet quel qu'il soit en miniature demande du temps, de la patience, un peu d'ingéniosité, beaucoup de savoir-faire et d'observation. Comme dans toute passion artistique, on commence par un sujet facile, à sa portée, avec du matériel de base et au fil du temps, on passe à des sujets plus complexes, en mettant à profit l'expérience acquise sur les sujets précédents. Il ne faut surtout pas bruler les étapes au risque d'être profondément déçu et de ranger à la cave le matériel et les boites acquises en se disant "Je ne suis pas assez doué pour cette discipline", il n'y a rien de plus faux, tout le monde peut réussir dans cet art, il ne requiert aucun talent d'exception, les compétences s'acquiert au fil du temps et des projets, si on est pas très patient, on apprend la patience.... Si on n’est pas très ordonné, on apprend à l'être et on en comprend l'avantage.... etc, si vous avez 10 doigts et qu'ils fonctionnent correctement, si vous avez au moins un œil fonctionnel même avec une paire de lunettes alors c'est bon, vous avez tous ce qu'il faut pour devenir un Artiste Maquettiste (à noter que l'on peut très bien s'en sortir avec moins de doigt, j'en ai 9 qui fonctionne ! et cela ne m'a jamais gêner ! )

 

A regarder en premier, voici 2 vidéos sur le sujet:

Voyons ensuite le matériel à acquérir pour débuter, voici 2 vidéos, la première vous explique le matériel indispensable à avoir dans son atelier, la deuxième vidéo parle du matériel optionnel à acquérir après avoir monter quelques modèles.

Viens ensuite le choix difficile de la première boite ! c’est aussi un moment inoubliable !

Bien entendu, vous êtes déjà attiré par un domaine particulier, l’aviation, l’histoire de l’automobile, la science-fiction, les blindés, etc…. il est important que votre première maquette appartienne à un domaine qui vous plait et sur lequel vous aurez du plaisir à vous documenter.

Vous l’aurez compris, sur PLASTIKDREAM, c’est surtout l’histoire de l’aviation qui prédomine et de loin, mais les conseils en matière de montage et de peinture donnés sur ce blog peuvent s’appliquer à tous les domaines.

Donc la première boite.

Je sais, vous avez vu un superbe montage sur Youtube, le dernier Corsair F4U de chez Tamiya au 1/32, magnifique ! il vous le faut ! 150 euro + 30 euro en peinture, 180 euro pas de problème... grave erreur !

Première rêgle, commencez par un modèle simple, facile à assembler, avec un camouflage simple et pas trop de décals à poser et vous aurez beaucoup plus de chance de réussir votre premier montage et surtout, d'en être satisfait. Vous apprendrez autant de techniques avec un modèle simple qu'avec un modèle plus compliqué. Oubliez égalament la photo-découpe et les rajouts en résine pour votre premier modèle.

Je vous conseille de commencer par le I16 de chez Eduard dans sa version "Weekend Edition" au 1/48,  c'est un modèle simple et facile à peindre et il coute moins de 20 euro !

Une fois le I16 monté, passez au Corsair F4U de chez Tamiya au 1/48, c'est un modèle parfait à assembler, un peu plus complexe que le I16 avec une camo à 2 voir 3 tons. J'ai fait une série de tutoriels pour débutant sur le sujet, c'est une maquette qui vous couteras moins de 30 euro.

Le but avec ces 2 premiers modèles est d'appréhender les techniques de bases: assemblage, poncage, mastiquage, peinture, etc... ne soyez pas trop exigeant. Ne touchez pas à la photo-découpe ou à la résine pour ces 2 premiers modèles, vous aurez par la suite de nombreuses occasions d'ajouter des pièces supplémentaires afin d'améliorer le look de vos maquettes !

On commence par quoi ?

En premier lieu, par l'étude de la notice. Prenez le temps de comprendre les étapes, les notices sont en générale conçue pour vous guider à travers l'assemblage seulement, elles ne sont pas conçu pour vous guider au travers des étapes de peintures par exemple, ainsi on peut trés bien vous demander de peindre une piéce en noir mat sur l'étape 1 et 3 autres pièces en noir mat sur l'étape 2 puis 2 autres pièces sur l'étape 3 etc... vous ne pouvez pas tout dégrapper et peindre toutes les pièces d'un coup, vous risqueriez de perdre des pièces et d'en oubliez le numéro, il vaut mieux fonctionner par sous-ensemble, par exemple, toutes les pièces du cockpit (dégrappage, poncage, collage, peinture) puis toutes les pièces des trains puis toutes les piéces du fuselage... vous vous retrouverez donc à la fin avec 3 sous-ensembles terminés qu'il suffira d'assembler dans la phase finale. En procédant ainsi, vous sortirez votre aéro un minimum de fois. Si vous peigniez vos 2 premiers modèles au pinceau, vous pouvez suivre la notice à la lettre sans problème.

Pour ces 2 premiers modèles, je vous conseille de faire confiance aux constructeurs des 2 maquettes en ce qui concerne la livrée, choisissez une des livrées proposées, même chose pour le coté "véracité technique" des différents éléments, faites confiance aux constructeurs. La recherche de docs et la vérification par rapport à l'appareil réelle peut intervenir à votre troisième voir quatrième maquettes, c'est un aspect très agréable de notre passion pour ceux qui aiment l'histoire de l'aviation.

C’est parti !

Avant de faire quoi que ce soit, deux choses, on lave les grappes puis on met de côté les grappes transparentes dans une petite boite pour les protéger. Les mouleurs utilisent un agent graissant pour démouler les grappes, une très fine pellicule de graisse est donc présente sur chaque grappe, il suffit de prendre un bac, d'y mettre de l'eau tiède + un peu de liquide vaisselle et d'y plonger vos grappes. Frottez-les avec un pinceau doux, faites attention toutefois de ne pas dégrapper une pièce en frottant trop fort. Attention également quand vous vidangerez les bacs, vérifiez bien qu'il n'y a pas de petites pièces dans le fond du bac !

Un fois les grappes propres et sèches, le montage proprement dit peut commencer, suivez la notice et utilisez le moins de colle possible, voici justement un petit tutoriel sur les colles :

Préparation des pièces

Avant d'assembler les pièces, il faut les préparer, c'est à dire enlever toutes traces de joints de moulage. On distingue 2 types de joints en maquettisme, les joints de moulage (crée par la pression des 2 moules et qui se situe à l'intersection des 2 moules) et le joint d'assemblage (provoqué par le collage de 2 pièces). Il faut absolument ôter ces 2 types de joints pour obtenir un modèle réaliste. Vous pouvez enlever le joint de moulage avec une petite lime mousse ou, si la pièce est trop petite, avec le plat d'une lame Xacto. Pour les joints d'assemblage, 2 situations peuvent se présenter, le joint est positif, il faut donc enlever de la matière pour obtenir une jonction parfaite, on utilise dans ce cas-là des limes pour enlever l'excédent de matière. Si le joint est négatif, c'est à dire qu'il manque de la matière, il faut ajouter un peu de mastic pour recréer le volume puis poncer pour redonner une forme adéquate. Voici un tutoriel qui explique l'utilisation des différents mastic et l'utilisation des différentes limes :

Les sous-groupes

Une fois l'assemblage par sous-groupes effectué, on passe à la phase peinture, 2 solutions s'offrent à vous.

La première, le pinceau. La plus économique sans doute mais aussi la plus difficile, peindre un modèle entier sans laisser apparaitre des traces de coups de pinceaux tout en posant des couches ultrafines pour ne pas empâter les détails de la maquette et très très ardu, certains y arrives, et ce sont à mon avis de véritables artistes. On peut très bien utiliser cette méthode pour ces 2 ou 3 premiers modèles mais si vous voulez continuer dans cette voie, il va vous falloir des dizaines de modèles de test pour vous entrainer et sortir une maquette nickel coté peinture.

La deuxième, l'aérographe. C'est la solution adoptée par 99% des maquettistes car avec un peu d'entrainement, on obtient vite des résultats superbes, les couches de peintures sont ultra fines et très régulières. C'est, certes, un investissement financier important, sans doute le plus élevé dans votre budget de maquettiste mais on ne le regrette généralement pas. Je vous conseille l'achat d'un aérographe bas de gamme comme premier achat et d'un compresseur à cuve, choisissez plutôt un bon compresseur avec un aérographe bas de gamme plutôt que le contraire, dans quelques mois, lorsque vous voudrez investir dans un aérographe haut de gamme, vous n'aurez pas à changer de compresseur. Voici une petite série de tutoriel concernant la peinture à l'aérographe ainsi que son nettoyage :

Masquage

Inévitablement, on aura besoin de masquer certaine partie d'une pièce pour la protéger comme par exemple les parties transparentes d'une verrière, ou, lorsque l'on réalise un camouflage multi-ton, on protégera la couleur 1 avant de passer la couleur 2, voici un tutoriel consacré à ce sujet délicat:

Pour terminer

Vous venez de lire et de visionner l'essentiel pour débuter en maquettisme. Maintenant, il faut s'y mettre et apprendre 😉 n'hésitez pas à visiter ma chaine, je réalise régulièrement des montages complets en vidéo, vous pouvez poser vos questions en dessous des vidéos ou ici, en bas de page, j'y répond en général dans les 48 heures.

Et surtout n'oubliez pas ! amusez vous et prenez du bon temps !

Didier Lefebvre "Clostermann"

Créateur de PlastikDream et des forums French Plastik

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.