Nettoyage d’un aérographe.

Posté dans : Divers, Tutoriels 2

J’ai travaillé en collaboration avec Franck pour réaliser cette vidéo consacrée aux nettoyage de nos aérographes. Cette article résume de manière plus approfondi les conseils donnés dans cette vidéo.

 

Présentation de Franck Tavernier.

Je fais du modélisme ferroviaire depuis l’âge de 7/8 ans, avec un arrêt de quelques années pendant l’adolescence, pour le militaria. Comme beaucoup j’ai pratiqué le 1:35 de l’âge de 10 ans jusqu’à au moins 14 ans pour revenir entre temps au modélisme ferroviaire, que je n’ai plus quitté depuis, mais je suis revenu au 1 :35, que je pratique avec la voie étroite industrielle et militaire depuis 1994. Je ne sais pas si tu es allé sur mon « blog » quelques photos illustrent ce que je fais…j’ai aujourd’hui bientôt 56 ans et je vais passer professionnel dans le modélisme, la création de mon entreprise est en cours.

Je me suis donc intéressé très tôt, à la peinture en modélisme, avec l’achat de mon premier aéro simple action, un Badger C250 (bleu), pour ensuite passer au double action très vite au vu des limites du simple action, notamment pour les effets de patines…Je suis passé par les Badger, les Paasche, les De Vilbiss, les Aztek, et enfin les Harder & Steenbeck. Je serais bien passé au Iwata mais cette marque ayant racheté H&S, cela ne trompe pas, les H&S sont équivalents au Iwata, et si Iwata les a absorbés c’est que cette marque est sur le haut du panier en Europe…

Je me suis donc aussi très vite penché sur les peintures et notamment les acryliques à l’eau que j’utilise depuis au moins 30 ans parce que je n’ai jamais vraiment supporté les peintures à solvant.

De fait, j’ai vite été confronté aux soucis que tous les modélistes rencontrent avec les AE. Dilution, pression, etc…Ayant une formation technique, notamment dans le génie électrique et la mécanique, et travaillant encore il y a peu dans l’ingénierie du bâtiment depuis 26 ans, avec un passage au départ dans l’industrie et l’export, j’ai aussi une expérience technique et des connaissances qui m’ont permis d’accéder à certaines infos et m’intéresser à celles-ci parce que comme beaucoup dans le modélisme, j’ai connu au début les échecs cuisants d’une mauvaise utilisation des produits et outils.

Au travers de mon expérience, j’ai toujours voulu transmettre et offrir aux uns et aux autres mes connaissances dans le domaine.

Je suis inscrit sur le forum du groupe LR Presse (modélisme ferroviaire), qui diffuse les revues Voie étroite et Loco Revue auxquelles je collabore. J’ai également collaboré il y a 11 ans environ au Hors-Série paru aux mêmes éditions LR Presse sur la « Peinture en modélisme » en collaboration avec Jean-Paul Quatresous, rédacteur de la revue. Cette mouture fut la dernière mise à jour d’un Hors-Série issu de différents articles parus sous la plume de Jean-Paul dans les années 80/90, hors-série mis à jour régulièrement durant les 15 dernières années. Un must dans le genre, technique et pratique reconnu et souvent acheté par les modélistes en maquettisme. Ce hors-série a été mis à jour en 2017 par un ami, Jean-Paul étant en retraite désormais mais cette monture est plus axée sur la pratique que sur les fondamentaux. Je ne suis pas très connu dans le milieu du Militaria, plus dans celui du modélisme ferroviaire. Mais pratiquant le 1 :35, j’ai pas mal de connaissances dans ce milieu et je me rends (actuellement compliqué) dans les expos. Habitant Arras et oui comme toi je suis un Che te mi, je me rends chaque année au salon de Mons, aux portes ouvertes de Résicat et Tanks in Town ainsi et surtout au Scale Model Challenge qui a lieu en Hollande à Veldhoven près d’Eindhoven. Je ne me rends pas à Saumur, considérant cette expo en retrait, mais qui revient peu à peu dans les meilleures…

Utilisation d’un nettoyeur à ultrasons

Avertissement

Il ne faut JAMAIS déposer d’objet directement dans le fond de la cuve, il y a risque de perforation de la cuve par vibrations et frottements des objets au contact de celle-ci, qui à terme provoque une détérioration et altération des pièces de votre aérographes par frottements. Le contact direct des objets avec les transducteurs à ultrasons, fixés sous le fond de cuve, détruit rapidement par effet de réflexion. La puissance mécanique engendrées par les transducteurs est restituée sous forme de rebonds sur les objets en contact physique avec le fond de cuve, au lieu de se diffuser dans le bain, ce qui entraine irrémédiablement une détérioration de la cuve et des objets déposés sur celle-ci.
Technique de nettoyage au « bain marie »
On peut éviter ce problème avec la technique du nettoyage indirect au bain marie, qui consiste à utiliser un récipient en verre ouvert, les ultrasons traversant sans problème les parois en verre de récipient. On utilise un bécher, à défaut un ancien pot de confiture, de moutarde ou autre, de plus petite taille que le panier de la cuve de votre nettoyeur à ultrasons.
Ne JAMAIS déposer le récipient en verre au fond de la cuve, cela reviendrait à mettre les pièces directement en contact avec la cuve. Il faut donc le déposer dans le panier fourni avec la cuve, selon le principe du bain marie. Cela permet aussi de ne pas voir les petites pièces passer au travers des mailles de votre panier et tomber dans le fond de cuve, pour les raisons évoquées plus avant.
Remplir la cuve du nettoyeur avec de l’eau, en respectant bien le niveau d’eau minimal. Il faut impérativement utiliser votre nettoyeur avec un niveau d’eau inférieur au ¾ de la capacité totale de la cuve, le niveau minimum étant généralement à 2cm en dessous du haut de cuve, jamais en dessous !
L´eau, plus dense, est un bien meilleur vecteur des ultrasons. Pour favoriser la propagation des ultrasons de la cuve vers le récipient en verre, il est recommandé d’ajouter dans l’eau du bain, un tensio-actif (du liquide vaisselle par exemple, quelques gouttes suffisent), ceci afin de permettre une meilleure conduction des ultrasons vers le récipient en verre servant au bain marie.
On peut ainsi nettoyer des petites pièces sans utiliser la totalité du volume de la cuve du nettoyeur en ne remplissant en diluant ou nettoyant aérographe que le récipient en verre, ainsi cette technique prend tout son sens, elle est plus efficace pour le nettoyage et plus économique en diluant ou produit nettoyant.
Note : Ne JAMAIS mettre des métaux de différents types dans le même bain marie, il se produit alors une réaction électrolytique, qui entraine une détérioration des métaux.
Par exemple sur les aérographes Harder & Steenbeck, la buse et l’aiguille sont en inox, alors que le corps, le chapeau d’aiguille, la protection d’aiguille, le godet, sont en laiton nickelés / chromés.
Il faut donc impérativement nettoyer les pièces en inox ensembles et les pièces en laiton nickelés / chromées ensembles, jamais ensemble, sous peine de voir se détruire à moyen ou long terme les pièces, suivant la répétition des nettoyages, notamment les pièces en inox.
Quel nettoyant utiliser et comment ?
L’utilisation d’un nettoyeur à ultrasons pour les peintures à solvant séchées n’est pas utile. Ces peintures sont à séchage par évaporation de solvant et diluant, elles sont donc réversibles, c’est-à-dire rediluables dans leurs propres diluants (à l’exception des peintures à séchage par réaction chimique comme les glycérophtaliques / enamels ou polyuréthane) qui demandent un nettoyage à l’acétone ou au diluant cellulosique par exemple.

De plus, les notices d´utilisation des nettoyeurs à ultrasons de qualité (cuve inox) précise toujours que l’utilisation d’un solvant organique est interdite. Il est donc recommandé de ne pas utiliser de diluants ou solvant organiques ou produits inflammables, en regard des risques d’inflammabilité des vapeurs générées lors de l’utilisation du nettoyeur.
Lors du fonctionnement de l’appareil, l’énergie utilisée (transducteurs) se transforme en chaleur. L’action des ultrasons augmente également la température du bain – même sans avoir de système de chauffage – agissant par cavitation, les variations de pression dues à l´ultrason, vont conduire le solvant à se vaporiser sous forme de micro-bulles puis se recondenser aussi rapidement qui favorisent le décollement des particules de peinture collées. Mais ceci a pour effet comme avec de l’acétone par exemple, de vaporiser ce solvant qui va se déposer sur toutes parois de la cuve et son couvercle, ce qui explique pourquoi les parois et le couvercle des nettoyeurs à ultrasons en plastique se retrouvent alors rongées par les solvants ou diluant utilisés. Autre danger de cette vaporisation, le risque d’inflammabilité précitée pour les diluants organiques.
Seules les parties qui entrent en contact avec la peinture doivent être nettoyées (Protection d’aiguille, chapeau, buse, aiguille, godet et corps de l’aérographe) dans le bain à ultrasons.
Les autres parties, notamment la mécanique de l’aérographe qui comporte de nombreuses pièces différentes ne doivent jamais être plongées dans un bain de nettoyant. Les lubrifiants de ces pièces, seraient éliminés.
Il ne faut JAMAIS utiliser d’ammoniaque ou de produits à base d’ammoniaque ou de sels pour le nettoyage de votre aérographe. L’ammoniaque même diluée, va corroder le laiton et le chrome utilisés pour fabriquer votre aérographe.
Le Glanzer par exemple, qui est un nettoyant renforcé en ammoniaque est donc à bannir pour le nettoyage de votre aérographe.
Les effets de dégradation de l’ammoniaque sur le laiton sont avérés. Il se crée une dézincification du laiton, les laitons sont des alliages composés essentiellement de cuivre et de zinc. Si une dézincification bénigne entraîne simplement un changement esthétique à la surface du laiton, la couleur du laiton passe alors du jaune au rose. Une dézincification grave peut mener à l’affaiblissement du métal, voire à sa perforation ou destruction.
Sur la plupart des aérographes, les joints noirs, sont soit en Viton (FKM), soit en Nitrile (NBR), les autres joints, blancs étant en Teflon (PTFE).
Les nettoyants à base d’acétone, de diluant cellulosique, d’ammoniaque, attaquent les joints en Nitrile et en Viton, qui composent les joints de nos aérographes. Les nettoyages par bain ou simple rinçage de l’aérographe à répétition, finissent par détruire ces joints. Seuls les joints en Teflon sont insensibles à la plupart des solvants organiques.
Il faut donc bien vérifier le type de joint de vos aérographes et surtout le type de nettoyant que vous utilisez. Idéalement, les pièces qui sont plongées dans le bain doivent être débarrassées de leurs joints respectifs s’ils ne sont pas en Teflon.
Les produits ménagers ainsi que les diluants organiques, les produits chimiques agressifs ou acides (Ph<2), sont fortement déconseillés, sans vérification préalable de leurs compositions, sous l’action de la cavitation ultrasonique, ils peuvent augmenter et aggraver la détérioration de certains métaux, voire les joints ou même l’inox de la cuve.
Il est donc conseillé d’utiliser des produits détergents adaptés, généralement constitués de produits actifs (agents tensio-actifs non-ionique) dans une base aqueuse, dans le cas contraire, comme l’utilisation de diluant organiques, les séances de nettoyage seront les plus brèves possibles.

Le nettoyant Vallejo Airbrush Cleaner ainsi que le nettoyant Hansa qui sont des nettoyants en phase aqueuse fonctionnent très bien pour les peintures en phase aqueuse.
Il faut donc rester très vigilent !

Combien de temps et quelle fréquence nécessaires au nettoyage ?
Généralement une pièce de petite dimension se nettoie rapidement, le cycle de nettoyage aux ultrasons dure environ de 3 à 5 minutes maximum. 3 min étant suffisant pour un nettoyage normal, 5 min étant recommandée pour un nettoyage d’objet plus encrassé.
Si les pièces ne sont pas correctement nettoyées après un premier cycle de 3 min ou 5min, relancer un nouveau cycle en changeant l’orientation et la position des pièces dans le récipient en verre. Pour des pièces complexes comme les buses, chapeau ou protection d’aiguille, faire plusieurs rotations des pièces dans le bain sont parfois nécessaires. Il est toujours préférable de sélectionner un temps court, et de vérifier l’état de nettoyage et au besoin de renouveler le nettoyage par phases successives espacées de pause (refroidissement du mécanisme), plutôt que des temps très long qui peuvent altérer également les pièces nettoyées.
Le temps d’exposition des objets plus ou moins longue dans la cuve aura un impact direct sur le résultat, tout comme l’utilisation d’une basse ou d’une haute fréquence, les résultats obtenus ne seront pas les mêmes.
Certains nettoyeurs à ultrasons permettent de choisir entre 2 fréquences, des basses fréquences de 24kHz ou des hautes fréquences de 40kHz en moyenne. On peut même basculer entre les deux en cours de nettoyage sur certains nettoyeurs. La fréquence en kHz détermine la finesse du nettoyage et des particules qui sont enlevées. Plus la fréquence est élevée, plus le nettoyage est fin (les microbulles de cavitation sont plus petites et plus nombreuses). Une fréquence plus basse comme par exemple, 25-28 kHz (les bulles de cavitation sont plus grosses et moins nombreuses, et produisent un haut niveau d’énergie) peut détériorer certains matériaux.
En résumé, une basse fréquence (28kHz), offrira un nettoyage plus rapide mais aussi et surtout, plus agressif, contrairement à l’utilisation d’une haute fréquence (40 kHz), qui aura un nettoyage plus long mais aussi et surtout, un nettoyage beaucoup plus doux pour l’objet.

Quel matériel choisir ?
Les nettoyeurs tout inox, sans chauffage, sont amplement suffisant pour le nettoyage des petites pièces composant nos aérographes (cuve de 0.7L, 35W, fréquence de 42kHz). Bien sûr, si vous êtes amenés à l’utiliser pour d’autres tâches, comme le nettoyage d’un modèle avant peinture, une cuve de 2 à 3L sera nécessaire.
Conclusion
L’utilisation d’un nettoyeur à ultrasons n’est absolument pas obligatoire pour assurer le nettoyage profond de son aérographe, d’autant plus avec les peintures à solvant à séchage par évaporation. C’est un plus, pour les étourdis qui auront laissé sécher de la peinture dans leurs aérographes. Il simplifie le nettoyage de petites pièces difficilement nettoyable avec de la peinture séchée, notamment avec les peintures en phase aqueuse, par des procédés classiques.
Il est cependant et toujours préférable de nettoyer son aérographe immédiatement après utilisation, lorsque la peinture – quel que soit son type – est encore fraîche !

Texte Copyright Franck Tavernier

Voir le blog de Franck Tavernier

Télécharger les documents suivants:

Instructions Nettoyage HS Francais

Instruction de nettoyage bac à ultrason_ver 1.1

Les peintures acryliques à l’eau (Phase aqueuse) en modélisme

2 Responses

  1. simonnet philippe
    | Répondre

    Merci et félicitation pour ce tuto très complet et documenté.
    Pour la technique « bain marie » avec la cuve à US je pense que l’on peut séparer les pièces qui sont faites dans des métaux différents en les mettant dans des petits récipients en verre différents si elles ne sont pas dans le même »bain « pas de risque de phénomène d’électrolyse.

  2. corbel thomas
    | Répondre

    Hello,
    Parfait et très instructif…que ce soit pour notre hobby ou dans le cadre professionnel (ce qui est mon cas)
    un grand Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.