Dans le ciel d'Indochine.

Une semaine avant la fin de la bataille de Diên Biên Phu, le 31 mars 1954, vers 7h00 du matin, le Lieutenant de Vaisseaux Jean Dominique Andrieux, décolle du Porte Avion Arromanches situé à quelques miles des côtes Indochinoise, seul à bord de son SB2C-5 Helldriver, il effectue une mission de reconnaissance. Une heure après le décollage, alors qu’il survole Hoa Binh, la météo se dégrade. Le LTV J.D Andrieux, qui est aussi Commandant de la Flottille 3F, n’a guère le choix, les consignes sont claires, il faut opérer un demi-tour et annuler la mission. N’écoutant que son courage, il décide de continuer sa route et opte pour un vol à basse altitude, il sait que là, en bas, dans la cuvette de Diên Biên Phu, ces compatriotes vivent un véritable enfer. Après un virage à droite au-dessus de Tuan Giao, à moins de 2000 pieds sol, il actionne ses caméras et pique vers la cuvette infernale, au loin, droit devant, des colonnes de fumée s’élèvent doucement, il peut entendre le bruit de l’artillerie ennemie qui pilonnent depuis la veille les points Béatrice et Anne-Marie.

A deux kilomètres au nord du point Gabrielle, une pièce anti-aérienne Viêt-minh le repère et ouvre le feu, le Curtiss SB2 C Helldiver n° BuAer 89367 codé 3 F-4 du LTV JD Andrieux est touché de plein fouet et s’écrase en flamme sur une colline, au col des Méos.

Le lieutenant de vaisseau Andrieux a reçu à titre posthume la citation suivante à l'ordre de l'armée de Mer
"Commandant la 3e Flottille d'assaut de l'aviation embarquée, a su gagner l'affectueuse et absolue confiance de ses subordonnés comme de ses supérieurs par son autorité bienveillante et ferme et par ses qualités exceptionnelles d'officier et de pilote; s'est, malgré sa grande modestie, imposé à l'admiration de tous par son courage tranquille et son audace réfléchie avec un allant et une abnégation remarquables ; a conduit sa flottille au combat dans toutes les opérations qui se sont déroulées au Nord-Viêt-nam depuis octobre 1953 ; s'est particulièrement distingué par l'efficacité de ses interventions et son mépris du danger au cours de la bataille de Diên Biên Phu le 23 mars 1954 à la tête de sa patrouille, où il effectue avec audace et précision des attaques à balles explosives. Le 31 mars, les conditions météorologiques étant très mauvaises, il n'hésite pas, pour atteindre Diên Biên Phu et remplir sa mission, à suivre à basse altitude une vallée jalonnée par la DCA viêt-minh. Son appareil atteint percute en feu dans les lignes rebelles.
Totalise au 31 mars 1954 : 1 541 heures de vol dont 25 de nuit et 468 heures de vol de guerre en missions, 207 appontages et 126 catapultages, a été déjà deux fois cité dans la 3e Flottille en Indochine lors de la campagne 1951-1952 et une fois lors de la campagne 1953-1954.
"
Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre des TOE avec palme.

Par décret du 31 mars 1954 (JO du 20 mai 1954), il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume

J’aimerais, au travers de mes recherches et de ce montage, rendre hommage à ce jeune pilote, mort à 29 ans dans le ciel d’Indochine.

Source :
http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_andrieux_jean.htm
http://memorial-aen.fr/detail.php?&id=1901
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Di%C3%AAn_Bi%C3%AAn_Phu
http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-curtiss-sb2c-5-helldiver-francais-115399318.html

La maquette.

Infinity Models, filiale de HPH, plus connu pour ces kits en full résine, nous gratifie d’une version full plastique, ce qui devrait faire plaisir à notre banquier. La boite contient de quoi réaliser un SB2C-4 de l’US-NAVY au 1/32ème.  Autant vous avertir tout de suite, ce kit n’est pas destiné aux débutants et demanderas de longues heures de travail et une certaine dose de patience, quelques connaissances en scratch ne seront sans doute pas inutiles. La gravure est superbe, les formes justes, on notera un peu de flash sur une grande partie des grappes et l’absence de point de repère d’assemblage sur de nombreuses pièces.

De base, on a ici de quoi représenter un superbe Helldiver, sachez cependant qu’Infinty Models propose également tout un tas d’add-ons en résine pour améliorer cette pièce, ajouts sans doute intéressants mais qui doubleras le montant de la facture.

La boite que j’ai entre les mains est une série limitée, Cocktail Distribution y a ajouté de quoi construire un SB2C-5 de l’Aéronavale aux couleurs Française. Cet ajout comporte une planche décal supplémentaire, quelques pièces en résine et un set de masque pour la verrière.

Pour ceux qui sont intéressé, je vous propose de visionner la vidéo de revue de boite :

La documentation

On trouvera sur la toile quelques photos intéressantes du SB2C, mais il faut avouer qu’elles sont plutôt rares. Heureusement, quelques livres aimablement prêter par Philippe, patron d’Euro-Maquette, vont m’être très utile.

La peinture

Rien de compliqué ici, tous l’appareil est peint en bleu aéronavale NAVY BLUE, intérieur en vert US ANA 611, apprêt général également en ANA 611. L’appareil sera représenté avec quelques traces de chipping puisqu’il est en service depuis 4 ans au moment de l’incident et qu’il a évolué dans des conditions de combat particulièrement difficiles.

Montage du cockpit.

Dés les premières vérifications, on s'aperçoit rapidement que ce kit va certe nous procurer beaucoup de plaisir, mais également beaucoup de travail. Le premier élément de la notice, le tableau de bord, nous le prouve, la pièce Infinity Model est complétement fausse, même pour un SB2C-4. Pas beaucoup de choix ici, il n'existe pas encore à cette date d'add-on résine disponible pour le SB2C au 1/32, on va donc dés le départ se plonger dans le scratchbuild (fait maison).

On refait donc entiérement les pièces C18 et C17 ainsi que le bas de la pièce F27, le livre "In detail & scale" consacré au Helldriver m'est ici d'une grande aide. A l'aide de carte plastique, on reproduit les deux éléments de la planche de bord, la difficulté est de centrer correctement les percages des instruments de bords, c'est plus ou moins réussi sur cette première séance. Je ferais dans la première vidéo consacré à ce montage, un point rapide sur les outils necessaires.

On peux voir à gauche la pièce d'origine et le début du travail sur la planche de bord inférieure. En tout premier lieu, on trace sur une feuille de plastique (ici, du 0.5mm) la forme de la pièce à reproduire puis on trace soigneusement les différents trous à percer en s'aidant d'un réglet et d'une pointe à tracer fine, on perce ensuite avec un foret trés fin que l'on agrandit avec un alésoir ou avec un foret au diamétre plus gros, on termine par poncage pour avoir des trous bien nets. Un fois les trous percés et poncés, on découpe la piéce générale avec une lame de scalpel neuve et en s'aidant d'un réglet, ne reste plus qu'à poncer le contour de la pièce.
On l'a met ensuite en place puis on y ajoute différents boutons réalisés avec un Punch&die, la photo du tableau de bord réel posé à coté du plan de travail.

Montage du cockpit.

Au final, j'ai du refaire la pièce complétement, les formes n'étant pas juste et ne s'adaptant pas parfaitement aux parois latérale du fuselage. Je vous présenterais dans la vidéo 1 les outils qui m'ont permis de faire tous ces petits trous pour représenter les cadrans. J'utilisais avant des forêts de différentes tailles mais le résultat n'était jamais 100% nikel, non seulement au point de vue égalité de la taille des trous mais aussi en terme de propreté des bord du trou. Donc là, enfin, aprés 2 seances de 3 heures chacune, on a finalement une planche de bord à peu prés correct.

Montage du cockpit.

On travaille maintenant sur les consoles latérales spécifique à la version 5 du SB2C Helldiver. Les photos de références sont ici trés utiles. Il est dommage que dans la boite Cocktail Distribution sensé ajouté de quoi transformer une version 4 en version 5, il ne soit fait aucune mention de ce détail. Il faut aussi tester la pose de ces parois par rapport aux paroies lattérales.

Montage du cockpit.

Deuxième console latérale terminée.

Montage du cockpit.

On commence également à préparer les deux demi-fuselages pour tester la parfaite intégration du cockpit. Beaucoup de travail ici, on sépare d'abord la dérive puis on vérifie la bonne jonction des 2 pièces.

  1. philippe
    | Répondre

    je suis juste impressionné par la technique de scratch; je suis tres curieux de découvrir la vidéo sur le sujet
    bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.